Les trois grands types de morphologie (morphotypes)

morphologie

 

Se mettre au sport.

Voici une bonne résolution que l’on entendra souvent en début d’année et qui sera rapidement oubliée une fois la première quinzaine de janvier écoulée. C’est comme l’intention d’arrêter de fumer, un véritable refrain hivernal.

Franchir la porte de la salle (ou prendre son courage à deux mains pour aller courir, pédaler, marcher, monter sur un stepper, empoigner des fers et des barres) est un acte sain qui procure un certain sentiment d’accomplissement.

Après une bonne séance, on se sent non seulement plus détendu, mais aussi fier du travail accompli, fier d’avoir supporté la douleur, la charge, d’avoir parcouru telle ou telle distance …

Se mettre au sport, c’est aussi, parfois, une nécessité pour préserver sa santé, éliminer le stress accumulé, perdre du poids, pour se plaire …

Cet article est à considérer comme un préambule. Vous y apprendrez quelques notions de morphologie de manière à vous situer de manière plus sûre. Dans nos prochains articles, nous ciblerons certains types de morphologie pour définir des axes de travail prioritaires, tant en terme d’entraînement qu’en terme de programme alimentaire.

 

Les types de morphologie

Nous passerons outre les raisons médicales (attention, tous les sports ne sont pas forcément bénéfiques si vous présentez certaines fragilités physiques, renseignez-vous auprès d’un médecin du sport en cas de doute) et nous concentrerons sur le poids et/ou l’esthétique comme moteur de la démarche sportive.

Il y a plusieurs catégories de pratiquants. Je n’aime pas parler de catégories parce que le propos devient rapidement schématique. Il existe cependant une réalité indéniable : nous ne disposons pas tous de la même morphologie et des mêmes aptitudes en musculation.

Ces pré dispositions (génétiques, musculaires …) sont aussi nombreuses qu’il existe de pratiquants mais il convient de mettre en lumière trois types principaux de morphologie.

Il existe des ectomorphes, des endomorphes et des mésomorphes mais avec du travail et une alimentation adaptée, il est possible de bâtir un corps harmonieux (nous excluons de cette assertion les problèmes génétiques qui relèvent davantage du champ de la médecine que de la pratique de la musculation), quelles que soient les limites propres à chacun de ces trois types.

Comprenez donc, entre les lignes, que votre type morphologique, et les attributs avec lesquels vous êtes né, relèvent de la fatalité mais peuvent être travaillés (et ne constituent pas une quelconque excuse pour abandonner vos efforts). Afin que le propos soit compréhensible, voici un rapide descriptif des trois principaux types de morphologie rencontrés :

 

Les ectomorphes

Ce type de silhouette est le moins propice à la favorisation du développement musculaire. En effet, l’ectomorphe est caractérisé par une ossature fine et longue, par une grande taille, une poitrine étroite, un physique maigre, et il a du mal à prendre du poids.

Points forts (+) : Svelte et endurant, métabolisme actif et rapide, capacité à sécher avec un minimum d’efforts.

Points faibles (-) : Difficulté à prendre du poids qui va gêner la progression en musculation (fréquence d’alimentation et programme nutritionnel à établir en fonction des objectifs), manque d’explosivité, hypertrophie plus difficile à mettre en œuvre, articulations plus fragiles (doit penser à raccourcir les mouvements).

 

Les endomorphes

Les endomorphes ont tendance à prendre facilement du poids et du gras. Ils ont un visage rond et des membres courts. Ils disposeront, à la base, de plus de force que les autres types morphologiques.

Points forts (+) : Large ossature et carrure dessinée, prise de masse aisée, explosivité.

Points faibles (-) : Pré disposition à l’embonpoint, assimilation des hydrates de carbone sous forme de graisse, peu endurant, récupération parfois assez lente.

 

Les mésomorphes

Ce type de morphologie est le plus adapté à la pratique de la musculation. Le mésomorphe possède des muscles développés et un corps large. Il a un visage carré, et des épaules plus larges que le bassin.»

Points forts (+) : Naturel athlétique et peu gras, squelette large, tonicité

Points faibles (-) : Peut très rapidement prendre du poids (et en perdre), manque de souplesse

Vous noterez, à travers ces lignes, la part de schématisation, dont nous parlions en début d’article. Mais à la lecture de ces trois catégories, vous aurez forcément reconnu un ami ou un parent plutôt endomorphe, un collègue ou un voisin plutôt ectomorphe etc. Et avec un peu de recul vous savez également vers quelle catégorie vous penchez.

 

Morphologies et musculation

Il ne s’agit pas là d’une vérité universelle, mais nous allons souvent en salle de sport parce que nous souhaitons nous bâtir un corps plus « beau » à nos yeux, plus large, plus fort, plus épais, plus écorché … Et cette motivation est le fruit de la rencontre entre notre image du corps idéal et les inconvénients physiques, ou points faibles, liés à notre morphologie de base.

Une personne endomorphe va ainsi rechercher un amincissement de sa silhouette, devra faire attention à la régularité de son cardiotraining et à la tenue d’une diète stricte, une personne ectomorphe souhaitera s’épaissir et devra donc concevoir son programme nutritionnel avec soin (apports caloriques plus importants) pour pouvoir développer progressivement sa masse musculaire et sa force.

Ce sont là deux types fréquents que vous constaterez en observant les physiques (et les motivations) des pratiquants de votre salle de sport habituelle.

 

De l’importance de se définir

Cet article a pour but de vous aider à prendre conscience de vos points forts et de vos points faibles. L’objectif est ensuite de travailler les points forts pour les améliorer, et de travailler encore plus les points faibles afin de les gommer au maximum.

 

Alors, avec un peu de recul, quels sont les points que vous devez travailler pour tendre vers votre objectif ?

 

Dans nos articles de début d’année 2013, nous vous apporterons un certain nombre de clés pour construire vos entraînements et vos repas en fonction des trois types morphologiques définis ci-dessus. N’hésitez pas à nous faire part de vos questions précises ou de nous remonter tout autre sujet que vous souhaiteriez voir aborder sur bodyskills.fr.

 

A bientôt, et d’ici là, bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous !

 

Publicités
Cet article, publié dans Approches de la Musculation, Nutrition, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s